Nos invitées


 Pourquoi cette Masterclass


   Données du rapport du Conseil de l’Orientation pour l’Emploi


   A retenir / Take aways


Nos invitées :


Véronique CHAPUIS-THUAULT, Directrice juridique ARMINES et vice- présidente de l’AFJE
Voir sa biographie

Corinne DROMER, présidente du Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF)
Voir sa biographie

Brigitte LONGUET, avocate, présidente d’honneur de la Fédération Française des Femmes Administrateurs
Voir sa biographie

Irène PAPALIGOURAS, associée du cabinet LEADERS EXCELLENCE PARTNERS, cabinet de ressources humaines et en accompagnement de leaders
Voir sa biographie

 

Dans le cadre des rencontres qu’elle a initiées sur le thème du Leadership, “Femmes de Loi, Femmes d’Exception” a organisé une Masterclass et convié nos grands témoins à partager sur leur vision de la mobilité et de l’employabilité.

    Pourquoi cette Masterclass ?

Travailler son employabilité est indispensable pour rester performant, conserver son emploi et évoluer tout au long de sa carrière.

Si l’expérience renforce les compétences techniques, managériales et comportementales, les juristes n’ont pas tous pris la mesure de la transformation digitale sur leur profession, et partant sur leur employabilité.

On évoque beaucoup un « futur sans emploi », conséquence de l’automatisation et de la numérisation (intelligence artificielle, essor de l’internet des objets, traitement des données de masse …).

Le 10 janvier 2017, le Conseil d’orientation pour l’emploi a publié un rapport intitulé « Automatisation, numérisation et emploi : les impacts sur le volume, la structure et la localisation de l’emploi». Voir le rapport

    Quelques données du rapport du 10/01/2017 du Conseil d’Orientation pour l’Emploi

aux XIXème et XXème siècles, l’emploi s’est beaucoup transformé et a continué à augmenter au fil des révolutions technologiques. Le progrès technologique a créé plus d’emplois qu’il n’en a détruit

149 nouveaux métiers sont apparus depuis 2010, dont 105 dans le numérique

moins de 10% des emplois cumulent des vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence dans un contexte d’automatisation

la moitié des emplois existants pourrait voir son contenu notablement ou profondément transformé. C’est une véritable alerte pour les acteurs économiques puisque les évolutions en cours vont être à l’origine d’une profonde transformation des emplois existants, y compris dans des secteurs et métiers qui ne semblaient pas les plus directement concernés

la rapidité d’adaptation au progrès technologique, pour les entreprises et pour les actifs (salariés ou indépendants), est un facteur clé de succès dans un contexte de mondialisation accrue

pour s’adapter, il faut commencer par analyser les tâches qui, au sein d’un métier, seront supprimées ou modifiées puis déterminer les adaptations nécessaires (pour les métiers du droit : actions de formation, recours aux legal techs, types de tâches sous-traitées…).

    La formation : un élément clé de l’adaptation à la numérisation

Les juristes restent peu enclins à s’intéresser au digital, excepté les experts en la matière. Sans avoir besoin de devenir des spécialistes du codage, il est indispensable qu’ils appréhendent les grands enjeux juridiques de la transformation numérique : blockchain, justice prédictive, intelligence artificielle, objets connectés, rôle croissant des legal techs…

Ainsi pourront-ils rester compétitifs et se concentrer sur leurs missions qui dégagent une réelle plus-value.

    A retenir / Take aways

  Etre un ACTEUR de son évolution professionnelle : NE PAS SUBIR ! les échecs font partie de la vie, permettent de sortir de la posture de victime et de rebondir après une expérience malheureuse. Nelson Mandela, privé de liberté pendant 27 années, n’a pourtant jamais subi son sort : « Je ne perds jamais. Soit je gagne soit j’apprends » a-t-il dit.

SE FORMER, y compris en-dehors de sa sphère habituelle de compétences, par exemple dans le domaine artistique ou associatif. Etre administrateur d’une association  professionnelle, caritative ou institutionnelle est un excellent moyen de travailler sur sa posture et son interaction avec les autres administrateurs, de réfléchir au positionnement d’une organisation par rapport à ses concurrents, de lever des fonds, de gérer un budget, de travailler en équipe…Ce sont autant d’enjeux similaires à ceux d’une organisation professionnelle, et donc des expériences de terrain qu’il faut penser à valoriser dans son CV

Etre CURIEUX et OUVERT : les conférences TED, les lectures, les expositions… sont des occasions de s’enrichir, d’ouvrir son esprit et d’acquérir un bagage culturel dans un monde globalisé. Voyager, se frotter à d’autres habitudes culturelles, se plonger dans l’histoire d’un pays et en comprendre les grands moments avant de négocier avec des pairs étrangers, tout ceci permet d’éviter quelques erreurs grossières de comportements, voire une impatience incompréhensible pour des Asiatiques, par exemple, dont le rapport au temps est très différent des Occidentaux

DEVELOPPER le faire, le savoir-faire et le faire savoir. Apprendre à utiliser les réseaux sociaux et à faire le marketing de soi, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise, est aujourd’hui devenu indispensable lorsqu’on souhaite travailler sa mobilité. Il ne s’agit pas tant d’être « visible à tout prix » que de bien cibler les catégories de populations dont on souhaite être connu et reconnu (types d’entreprises, d’institutions, de métiers, régions du monde, messages à faire passer, articles à publier et à relayer…)

INVESTIR dans sa formation, sans attendre une prise en charge systématique par son employeur. L’accès aux formations en ligne, pour certaines gratuites, permet à cet égard une gestion personnalisée de sa formation et à ceux qui sont isolés de se former sans contrainte de temps ou de transport

Développer ses SOFT SKILLS : capacité d’écoute, capacité à communiquer, apprendre à faire un pitch, travailler sa posture et son comportement, développer ses capacités managériales (travail en équipe, gestion du stress, gestion du temps, délégation…)

Etre à l’écoute des OPPPORTUNITES et ne pas se laisser enfermer dans sa zone de confort.


Et enfin, une recommandation majeure : se faire conseiller et accompagner par des personnes en qui l’on a confiance. Le coût est bien marginal par rapport à l’enjeu. Penser que l’on peut se former et réussir seul est un leurre.  L’accompagnant agit comme un miroir qui nous renvoie l’image que nous refusons parfois de voir et il nous confronte à nos interrogations et à nos incohérences.  Investir sur soi devrait être pour tous un moyen parmi d’autres de travailler notre mobilité.

 

 

    QUELQUES SUGGESTIONS DE LECTURE…

– Rapport du  Conseil d’orientation pour l’emploi : « Automatisation, numérisation et emploi : les impacts sur le volume, la structure et la localisation de l’emploi» (10 janvier 2017)

– Entretien avec Nathalie LOISEAU « A l’ENA on étudie les échecs » lefigaro.fr entrepreneur, 30 octobre 2016

– Hors série 2016 Harvard Business Review “Expert” : 75 idées inspirantes pour réinventer votre carrière en entreprise

« Osez enfin parler de vos succès et de vos qualités » (Michel Lejoyeux)
« Pour décrocher un nouveau poste quittez le vôtre » (Isabelle Sathicq-Ruffin)
« Trois conseils pour optimiser votre réseau » (Barthélémy Chollet)

– Tomorrow’s lawyers par Richard Susskind, 2013, Oxford University Press

– The future of the professions or How technology will transform the work of human experts, par Richard Susskind, 2017 (Financial Times Book of the Year)

– « Les enjeux de la justice prédictive » par Antoine Garapon – Semaine juridique, Edition Générale, 9 janvier 2017

QUELQUES LEGAL TECH QUI IMPACTENT LES PROFESSIONS DU DROIT…

Predictice
Portalis
Case Law Analytics
Captain Contrat
Lex Machina